Confort au boulot II

  • Projet : rafraichissement d’un bâtiment administratif
  • Lieux : entreprise du secteur tertiaire à Toulouse (31)

 

____________

De plus en plus d’entreprises prennent conscience de l’impact de l’environnement de travail sur le bien-être et la productivité de leurs salariés.

C’est dans ce contexte que j’ai travaillé sur le rafraichissement d’un bâtiment administratif composé de plusieurs espaces spécifiques : accueil, bureaux, couloirs, espace cafét’, halls et restaurant d’entreprise. La réalisation de ce projet s’est étalée sur 3 ans, de 2013 à 2016.

Les contraintes inhérentes lorsqu’on intervient dans un bâtiment recevant du public sont importantes. Aujourd’hui les fabricants proposent de très larges gammes de produits adaptés, qu’il s’agisse de revêtement (mur, sol, plafond), de mobilier ou encore de luminaire.

Tout au long des phases de réalisation de ce projet, une belle collaboration est née avec certain(e)s employé(e)s très impliqué(e)s, force de propositions et d’écoute quant aux conseils. Ils et elles ont même réalisé des petits « ateliers déco » pour certaines finitions.


Le parti pris : créer un fil directeur entre chaque zone du bâtiment avec différents papiers peints aux motifs végétaux/minéraux très graphiques, dans des tons allant du noir au blanc. Utiliser des couleurs précises pour identifier chaque espace, tout en respectant leurs spécificités et leurs usages. Créer un effet de contraste clair/obscure entre le hall et les couloirs sur chaque plateau du bâtiment.

Les atouts du lieu : de vastes espaces, certains donnant sur une grande verrière végétalisée.

Les points faibles du lieu : des contraintes à contourner telles que la conservation imposée d’éléments disgracieux (les sols mouchetés gris-bleus, les dalles aux plafonds), certains éléments mobiliers et/ou matériaux muraux, des branchements électriques qui ne peuvent être déplacés…

Les petits + déco : un peu de nouveau mobilier, une dose d’aménagement sur mesure, quelques cadres aux murs et beaucoup de verdure.


 

Quelques vues Avant/Après

L'accueil du restaurant d'entreprise

Au sortir d’un bureau impersonnel pour découvrir le restaurant d’entreprise, et avant lui l’accueil et sa fameuse badgeuse, le choix s’est très vite porté sur une ambiance aux couleurs complémentaires pour rafraichir l’espace d’accueil, finalement essentiellement lieu de passage plus que d’attente.

Parmi les contraintes imposées :

  • 3 fauteuils à conserver, imposant 2 couleurs, et non des moindres : un bleu bien trempé et un orange vif,
  • conserver le sol gris-bleu et les dalles des plafonds,
  • ajouter un meuble pour la badgeuse,
  • repositionner les photos, de Toulouse, accrochées au mur.

Le bleu des fauteuils, mi-électrique/mi-outremer, est repris sur les murs. De fait les tons du sol ne sont plus un souci. Les murs du couloir seront blancs et habillés par les photos à repositionnées de manière plus rectiligne.

Pour débuter notre ligne directrice, le papier peint Malachite. Ce papier peint exclusivement noir et blanc est issu de la collection Fornasetti de chez Cole & Son, marque fondée en 1875 par John Perry au Nord de Londres. Un papier peint aux motifs très graphiques, proposé en lés étroits et tapissés isolément les uns des autres. Sur fond bleu, ils viennent apporter de la lumière tout en dynamisant l’ensemble.

Le motif du papier est repris dans des cadres orange vif, seconde teinte des fauteuils et complémentaire du bleu.

Des tables d’appoint blanches et un tapis graphique noir et blanc à gros pois complètent l’ensemble pour plus de confort. La zone de la badgeuse accueille un meuble bas et quelques éléments décoratifs blancs et orange.

Enfin, une belle part est donnée à la végétation, véritable élément de transition intérieur/extérieur, qui se retrouve également dans tous les espaces communs, sous forme de plantes naturelles et de plantes suggérées par les papiers peints utilisés.

La salle du restaurant d'entreprise

Le moment du déjeuner est sacré ! L’occasion de discuter avec ses collègues et de se retrouver autour d’une table dans un endroit confortable.

Tour de force pour faire oublier le sol moucheté aux tons gris-bleus et modifier/intégrer une partie du mobilier qui ne peut être changé.

Le plafond étant bas, j’ai pris parti de mettre en valeur les piliers afin de renforcer ces éléments verticaux avec un rouge. Des rideaux, confectionnés sur mesure par la couturière en ameublement Sylvine Jaffrès, sont du même rouge et participent, eux aussi, à redonner de la verticalité à l’ensemble.

Les 2 grandes baies vitrées donnent accès à la terrasse aux beaux jours. Sur certains murs, un kaki rappelle la végétation et créer une continuité extérieur/intérieur. Les portes, de la même teinte, s’effacent au regard.

Le papier peint utilisé sort tout droit de chez Élitis, véritable maison visionnaire toulousaine depuis 1988, qui compte parmi les plus belles maisons éditrice de revêtements muraux et textiles d’ameublement. Le choix s’est porté sur le Dolce Vita, issu de la collection Glass, un papier travaillé dans l’esprit d’une pâte de verre nacrée extra large et extra résistante. Les dessins végétaux démesurés, sélectionnés pour ce projet dans des tons noirs et blancs, tirant parfois vers des nuances de kaki grisé, apporte délicatesse et dynamisme à l’ensemble de la salle de restauration.

Côté mobilier : exit les chaises tubulaires 80’s ! De nouvelles chaises noires, cosy et confortables, sélectionnées chez un fournisseur de mobilier d’entreprise.  Les tables d’origine ont été conservées mais la tranche de leur plateau et leur piètement ont été repeints en noir.

La zone « technique » conserve son mobilier inox et plaqué bois. Les murs sont peints dans un noir pur, pour apaiser le regard et faire un peu oublier cet espace lorsque l’on est attablé.

Enfin, une touche végétale sur chaque table, en plus des plantes installées autour d’un local technique situé en plein centre de la salle de restauration. De nouvelles appliques rouges remplacent, au même emplacement, les anciennes blanches.

 

Le Hall 1 - la Cafét'

Toujours notre fil directeur avec Palm Jungle, un autre très beau papier peint de la marque Cole & Son, issu de The Contemporary Collection. Cette fois-ci, les motifs végétaux toujours graphiques et dans un esprit N&B, sont légèrement nuancés de reflets métallisés.

Les briques de parement, initialement orange, sont repeintes dans un ton capuccino pour plus de confort et de douceur.

Une belle part est faite au noir, qui recouvre les portes des WC, les portes coupe-feu, les garde-corps et les ascenseurs. La signalétique est revue en fonction.

Des aménagements sur mesure ont été réalisés avec précision et astuce par Florent Isman, ébéniste, menuisier et sculpteur sur bois de l’atelier Etabli Workshop, à Mouzens dans le Tarn.

Les distributeurs de boissons sont intégrés dans un caisson : une structure sur roulettes aisément déplaçable lors de la maintenance des machines. Cet aménagement est, lui aussi, habillé de noir pour plus de sobriété.

Pour les affichages obligatoires, les vitrines sont également habillées d’un cadre noir. Des totems noirs, créés sur mesure pour cet espace, servent à déposer et afficher des prospectus, cartes, flyers, affichettes. La partie basse comporte des présentoirs obliques, et la partie supérieures est aimantée.

De belles tables hautes en bois de chêne issus de forêts françaises viennent compléter le mobilier. Ces tables « Laia » sortent tout droit de chez Alki, un atelier de meubles né en 1981 à Itsasu, petit village du Pays-Basque. Sur ces tables, des corbeilles de fruits de saison (partenaire du client) permettent de combler un petit creux à l’estomac.

Pour adoucir l’éclairage, les suspensions « Unfold » noires, au  design sobre et élégant. Ces suspensions viennent de chez Muuto, entreprise scandinave fondée en 2006 et basée à Copenhague, au Danemark. J’ai choisi de les travailler par 3 au-dessus de chaque table.

Enfin, pour peaufiner le tout, des plantes !… Replacées dans des pots jaunes déjà existants (autre contrainte).

Le Hall 2 - espace d'intimité

Toujours le même fil directeur avec, encore, un très beau papier peint floqué de velours noir représente un feuillage entremêlé qui se détache sur un fond blanc rompu d’un léger gris moucheté. Il s’agit là du papier Kazoo de chez Pierre Frey. Fondée en 1935, Pierre Frey est une Maison française à l’éclectisme assumé qui crée, édite et fabrique des étoffes, des papiers peints, des tapis sur-mesure et du mobilier d’exception.

Tout comme dans le hall de la cafét’, les briques de parement, initialement orange, sont repeintes dans le même ton capuccino utilisé dans le hall du 1er étage.

Ici encore la belle part est faite au noir, qui recouvre les portes des WC, les portes coupe-feu, les garde-corps et les ascenseurs, dont la signalétique a été refaite à l’occasion.

Dans ce hall l’ambiance est plus feutrée. Des espaces cosy sont aménagés avec un mobilier acoustique pour pouvoir s’isoler lors d’un appel ou d’un rendez-vous.

Ce mobilier « workplace », de chez Majencia, est choisi dans des tons chauds : gris-brun pour le feutre de la cabine acoustique du module central « Mood Sceen », cassis et framboise pour le feutre des 2 fauteuils à oreilles « Folies Bergères ». Majencia, fabricant français de mobilier de bureau, a intégré le groupe Nowy Styl en 2019. Ce groupe polonais compte actuellement parmi les leaders européens dans le domaine de l’aménagement des espaces de travail et des espaces publics.

Le module central permet de s’isoler le temps d’une session de coworking hors du bureau habituel, ou d’un rendez-vous avec un intervenant externe. L’éclairage, renforcé par l’ajout d’un abat-jour bas dans des tons bruns, participe à l’ambiance feutrée de cet espace.

Sur l’un des côtés de ce hall, les 2 fauteuils cassis et framboise, un petit tapis aux motifs géométrique N&B et 2 tables gigognes. Le tout est éclairé par un abat-jour coordonné à celui du module central, offrant un espace intimiste propice aux appels téléphoniques.

Les couloirs

Après être passés dans les halls feutrés, nous arrivons dans les couloirs qui desservent chacune des ailes du bâtiment.

L’éclairage y est exclusivement artificiel et le sol est d’un bleu sombre. Autre élément imposé : à chaque étage correspond une couleur de porte. Au 1er étage : 1 vert foncé. Au 2d étage : 1 bleu moyen. Je choisie de les reprendre dans les futurs cadres muraux des couloirs.

Les murs, peints en blanc pur, renforcent le contraste clair/obscure obtenu en assombrissant légèrement les halls par l’utilisation importante de noir et autres tons soutenus.

Pour éviter l’effet « hôpital », des panneaux de papier peint panoramique, toujours aux motifs végétaux N&B, sont tapissés sur certains pans de murs pour créer une « débouchée ». Ces panneaux Bellewood, imaginés et édités par le studio suédois Rebel Walls, représentent une mystérieuse forêt luxuriante à la manière d’une scène romantique. D’un rendu très graphique chaque détail semble patiemment dessiné, donnant la sensation d’une végétation dense sous un ciel clair. Le studio Rebel Walls, créé en 2012 par Christofer et Irene Gimmersta, est spécialisé en décors muraux. Il associe des procédés modernes d’impression numérique tout en maintenant l’artisanat traditionnel, le tout agrémenté d’audace.

Pour apporter un peu de couleur et habiller les murs blancs, des cadres sont accrochés par groupe. Tous les encadrements sont noirs et délimitent des aplats monochromes reprenant les couleurs des portes. Ces 2 couleurs, le vert foncé des portes du 1er étage et le bleu moyen des portes du 2d étage, sont associées à 2 couleurs supplémentaires : un bleu-vert identique au 1er et au 2d étage, relevé d’un corail pour identifier le 1er étage et d’un vert acidulé pour identifier le 2d étage.

Quelques vues de l'état des lieux avant projet

©Sophie-Anne Reydellet 2021
SIRET 49979088900020